i3, une unité mixte de recherche CNRS (UMR 9217)
en

Institut Interdisciplinaire de l'Innovation

Chargement Évènements
  • Cet évènement est passé
Questions sur les Aires Marines Protégées (AMP) par Laura Recuero Virto, chercheuse i3-CRG
Posté le 11 janvier 2019

Le problème des AMP n’est pas le manque de connaissances sur le milieu marin, mais la gestion des personnes, c’est-à-dire la gestion des différents usages dans ces zones. Il est donc beaucoup plus facile d’identifier les AMP que de les gérer efficacement, non seulement dans les eaux sous juridiction nationale, mais encore plus dans les zones situées au-delà. Un autre problème est le manque de comités scientifiques collégiaux et transparents pour assurer une bonne gouvernance scientifique des AMP.

AMP : La couverture d’une zone signifie-t-elle nécessairement une protection efficace ?

Lors de la Conférence de Nagoya en octobre 2010, les États parties à la Convention sur la diversité biologique (CDB) se sont engagés à atteindre l’objectif de la cible 11 d’Aichi de 10 % de couverture des AMP d’ici 2020. L’Objectif 11 d’Aichi demande que 10 % des aires marines et côtières soient conservées par le biais d’aires protégées représentatives du point de vue écologique et bien connectées, gérées efficacement et équitablement, parallèlement à d’autres mesures de conservation régionales. Selon la base de données mondiale sur les aires protégées (WDPA), 7,3 % de l’océan est actuellement protégé.
D’un point de vue quantitatif, l’Objectif 11 d’Aichi sera probablement atteint d’ici 2020.

Le pourcentage d’AMP créées dans les eaux sous juridiction nationale est beaucoup plus élevé que dans les zones situées au-delà de la juridiction nationale. A ce jour, 16,8% des eaux sous juridiction nationale, qui représentent 39% de l’océan mondial, ont été désignées comme aires protégées, contre 1,9% des aires au-delà de la juridiction nationale, représentant 61% de l’océan mondial. Les AMP peuvent être créées plus facilement par les gouvernements dans les eaux sous juridiction nationale, pour lesquelles il existe des cadres juridiques spécialisés.

 

Pêche artisanale au Parc National des Calanques, Marseille (France) (photo
© Mylène Zizzo, Parc National des Calanques)

Le pourcentage d’AMP créées dans les eaux sous juridiction nationale est beaucoup plus élevé que dans les zones situées au-delà de la juridiction nationale. A ce jour, 16,8% des eaux sous juridiction nationale, qui représentent 39% de l’océan mondial, ont été désignées comme aires protégées, contre 1,9% des aires au-delà de la juridiction nationale, représentant 61% de l’océan mondial. Les AMP peuvent être créées plus facilement par les gouvernements dans les eaux sous juridiction nationale, pour lesquelles il existe des cadres juridiques spécialisés.

Les Parties à la Convention sur la diversité biologique peuvent atteindre l’Objectif 11 d’Aichi avec des niveaux de protection de la nature très différents. Les « autres mesures régionales de conservation « de la cible 11 d’Aichi sont des arrangements plus souples du point de vue de la conservation de la nature que les AMP. Quel que soit le type d’AMP, son objectif principal est la conservation de la biodiversité. Les mesures régionales de protection de la nature dont les principaux objectifs sont différents, comme la pêche durable et les activités militaires ou portuaires, ne sont pas considérées comme des AMP selon l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN). Toute activité industrielle et tout développement d’infrastructures nuisibles à l’environnement en raison de leurs impacts écologiques associés ne sont généralement pas compatibles avec les AMP. Toutefois, certaines activités peuvent être autorisées dans une AMP ou dans certaines parties d’une AMP, si elles sont compatibles avec ses objectifs de conservation.

 

Lire l'intégralité de l'article

Illustration : Recherche et surveillance dans l’AMP de la mer de Ross, en Antarctique. Légine antarctique et plongeur (photo © Rob Rob Robbins, U.S. Antarctic Program)

Fermer le menu