i3, une unité mixte de recherche CNRS (UMR 9217)
en

Institut Interdisciplinaire de l'Innovation

Chargement Évènements
  • Cet évènement est passé
L’Observatoire pour l’innovation responsable et le bruit sous-marin
Posté le 27 octobre 2016

L'Observatoire pour l'innovation responsable (Observatory for responsible innovation) est né en 2010 au sein de Mines ParisTech avec une ambition que l'on pourrait bien qualifier de politique : non pas partisane ou politicienne, mais bel et bien centrée sur l'animation du débat public autour des dangers et opportunités que constitue notre culture (peut-être d'ailleurs notre impératif) d'innovation.

Une première thématique "chaude": l'innovation financière

En 2011 un groupe de travail s'attaquait ainsi à un bel os à ronger : l'innovation financière et sa responsabilité dans la déflagration économique globalisée survenue à partir de 2008. Comment introduire des dispositifs de vigilance au sein des établissements financiers ? Comment renforcer une prise en compte démocratique des potentialités des innovations financières ? L'action de l'Observatoire culmina avec un débat retentissant sur les problèmes de l'innovation en finance, et ses possibles solutions.  

Des énergies renouvelables aux radiofréquences

Suivirent ensuite une série d'actions ciblées sur d'autres thématiques : la question des énergies renouvelables dans le bâtiment en 2012 et 2013, le problème des technologies d'identification par radiofréquences en 2013 et 2014. Profitant de la géométrie institutionnelle souple de i3 et du support humain et financier de ses établissements de résidence (principalement Mines ParisTech, Télécom ParisTech et École Polytechnique), l'Observatoire a veillé à contribuer ainsi à un débat constructifs avec les parties prenantes sur des sujets "chauds".  

La pollution sonore dans les océans, un problème plus grave qu'on ne le soupçonnait

La dernière action en date, portant sur le thème pressant de la pollution sonore dans les océans. Jusqu’ici, moins médiatisée  que celle du plastique ou celle de l’acidification des océans, la question du bruit sous-marin est aujourd’hui devenue un problème de gestion.Il n’existe pas d’étude scientifique synthétique sur les effets du bruit d’origine humaine sur les différentes espèces vivant dans les océans. On pense bien sûr spontanément aux mammifères marins qui communiquent entre eux par le son pour chasser et se reproduire et dont les comportements peuvent être profondément perturbés par le bruit ambiant. Les échouages de cétacés ont été mis en relation avec l’utilisation de sonars militaires et civils. Mais des études récentes ont montré que des espèces ne percevant pas le bruit, tels les calamars géants, peuvent elles aussi subir des dommages. Le problème est donc plus grave qu’on ne le soupçonnait, et des indices sérieux montrent qu’il s’aggrave.  

Des techniques existent, il reste à mettre en oeuvre des systèmes de régulation et d'incitation

Sa gestion suppose de mettre au point des systèmes de mesure, relativement simples, mais fiables et utilisables. Elle suppose aussi le déploiement de techniques qui, dans les trois grands domaines industriels concernés, l’industrie pétrolière, les énergies renouvelables (éoliennes marines) et les navires, existent d’ores et déjà. Pour que ces techniques soient mises en œuvre rapidement, des systèmes de régulation et d’incitation sont nécessaires. Pour gérer le problème, de multiples acteurs doivent partager de la connaissance et élaborer collectivement des solutions.   Une conférence internationale sur ce thème a eu lieu le 20 septembre 2016 à la Maison des Océans à Paris, regroupant des chercheurs, des industriels et des régulateurs. Cette conférence, qui avait été précédée par trois ateliers (sur la question de la mesure, celle des impacts du bruit sur la vie sous-marine et sur les techniques existantes et les régulations envisageables) donnera lieu à la publication prochaine d’un position paper.  

L'observatoire fait parler de lui

Intervention dans l’émission La tête au carré. A la une de la science, France Inter, 26/09/2016 sur le bruit marin comme problème de gestion.

Reporterre sur le bruit marin (24 septembre 2016)

journal du CNRS sur le bruit marin (19/09/2016 par Daphnée Leportois)

Intervention sur France Info sur le bruit marin et sa gestion (10 mars 2016)

Fermer le menu