i3, une unité mixte de recherche CNRS (UMR 9217)
en

Institut Interdisciplinaire de l'Innovation

Régulations de l’innovation

Responsables de l’axe : Marc Bourreau & François Lévêque

La régulation entendue au sens large – l’adoption et la mise en œuvre de règles collectives qui contraignent et coordonnent les comportements d’entreprises, d’individus ou d’organisations – n’est pas l’apanage des institutions publiques. Les acteurs privés s’engagent dans l’autoréglementation, définissent des standards et créent des institutions dans lesquelles sont combinés coopération et concurrence.

La globalisation économique qui affaiblit les régulateurs nationaux explique en partie cette évolution. Mais celle-ci est aussi une réponse à l’accélération du rythme de l’innovation qui bouleverse les business models, redéfinit continuellement les frontières des entreprises et l’architecture des marchés sur lesquels sont construites les régulations existantes. C’est notamment le cas dans le domaine de l’économie numérique.

Analyser la multiplicité des arrangements réglementaires et leur coévolution avec le processus d’innovation exige une approche interdisciplinaire combinant l’économie pour laquelle la régulation est historiquement un objet central, la sociologie et les sciences de gestion. Les équipes de recherche concernées par le projet ont une grande expérience de l’analyse des liens entre régulation et innovation dans les domaines:

  • des TIC et des industries de contenu,  
  • de l’énergie, l’eau, l’environnement et la lutte contre le changement climatique,
  • de la santé,
  • de la propriété intellectuelle,
  • des politiques d’innovation et de recherche.

Il s’agit de développer des actions transverses tant en termes de disciplines qu’en termes de domaines d’applications. Le programme de recherche se déploie dans trois directions:

1. Normalisation et innovation.

Les normes et standards déterminent la dynamique des innovations. La manière dont ils sont élaborés, dans des forums souvent internationaux qui impliquent les producteurs, des régulateurs, des consommateurs, réclame pour son analyse une approche interdisciplinaire mobilisant des économistes, des gestionnaires et des sociologues.

2. Régulation publique et régulation privée dans les processus d’innovation.

Même si la régulation publique semble débordée par la régulation privée dans nombre de domaines, c’est par l’articulation entre ces différents types de régulation que l’innovation peut se développer. Il s‘agira d’étudier ces interactions dans différents secteurs comme les TIC, l’énergie, l’environnement et la santé.

3. Gouvernance multi-niveaux et innovation.

Étant le produit d’interactions étroites entre acteurs multiples, l’innovation s’inscrit dans une logique locale, de territoire. Pourtant, les politiques qui la structurent sont définies à des niveaux multiples (régional, national, européen, international). Ces interactions entre niveaux demandent à être étudiés autour de dynamiques d’innovation situées.

Laisser un commentaire

Fermer le menu